Tag Archives: Radio-Canada

Lettre de réflexion concernant la couverture médiatique du phénomène de la violence

Quelques questions adressées aux journalistes de la télévision de Radio-Canada

Bonjour à vous,

Je vous écoute tous les jours et je me pose la question suivante : pourquoi êtes-vous si frileux, voire peureux, vos collègues de la télévision de Radio-Canada et vous, à dénoncer la violence et la brutalité policière? Il aura fallu 110 jours de grève et de manifestations pour que vous fassiez un reportage un peu plus en profondeur sur la brutalité policière, pour que vous nous donniez des nouvelles de jeunes et de citoyens estropiés. J’ai de la difficulté à comprendre. Par exemple : à Québec, le 31 mai au soir, un de vos collègues a reçu un coup de matraque et le lendemain… une simple mention à RDI matin, sans commentaires ni questionnements; des personnes âgées ont été matraquées à Montréal au mois de mai (suffisamment pour être transportés à l’hôpital) et les différents médias n’ont pas jugé cet évènement digne de mention; des journalistes de CUTV ont reçu, entre autres, un coup de matraque à la tête et au doigt (probablement fracturé) ainsi que du poivre de cayenne dans les yeux à plus d’une reprise alors qu’ils étaient bien identifiés; lors de l’arrestation massive du 23 mai à Montréal, entre autres, une personne handicapée en fauteuil motorisé était prise en souricière et les policiers ne la laissaient pas passer (voir la vidéo sur CUTV); sans compter tous les exemples d’étudiants et de citoyens estropiés amenés par Amir Kadir comme médecin et politicien depuis plusieurs semaines; etc. Et enfin, le vendredi 1er juin au soir, vous avez fait un reportage. Pourquoi avoir attendu si longtemps? Pourquoi ne pas couvrir les différentes formes de violence, de répression et d’abus de pouvoir à mesure que cela se présente? Pourquoi un tel empressement et une telle couverture lorsqu’il y a des vitres brisées ou du vandalisme? Les personnes blessées ne devraient-elles pas passer en priorité? Cela ne vous indigne-t-il pas? Lire la suite

Catégorie: Billets

(Radio-Canada) La loi 78 contestée deux fois plutôt qu’une devant les tribunaux

Léo Bureau-Blouin, Gabriel Nadeau-Dubois et Martine Desjardins

Des associations étudiantes, syndicales, communautaires et environnementales du Québec ont déposé deux requêtes visant à contester la loi spéciale 78, vendredi, au palais de justice de Montréal.

Il s’agit d’une requête en sursis d’exécution, qui vise à empêcher la mise en application de la loi, et d’une requête en jugement déclaratoire et en nullité, qui vise à rendre inconstitutionnels certains aspects de la loi.

Les avocats des associations impliquées argueront que la loi spéciale brime les libertés fondamentales, dont le droit d’association, le droit à la liberté d’expression et le droit de manifester pacifiquement, et que les peines qu’elle prévoit sont cruelles.

La requête en sursis d’exécution devrait être entendue mercredi prochain, selon le président de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ), Léo Bureau-Blouin. L’autre serait plutôt entendue au début du mois de juin.

Le directeur général de la clinique Juripop, Marc-Antoine Cloutier, précise que la première requête vise à faire suspendre la loi avant que la requête en nullité soit entendue.

Catégorie: Presse

Représentants étudiants à Tout le monde en parle

Catégorie: Vidéo

Un artiste donne à la CLASSE les 1779$ obtenus pour une peinture

Le Mépris et l’entêtement, une peinture d’Alexandre Chartrand a été vendue 1779 $, somme que l’artiste a versée à la Coalition large de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE).

Alexandre Chartrand a indiqué que le prix initial de sa toile, 1625 $, a été haussé à 1779 $, en référence à la dernière offre de Québec sur la hausse des droits de scolarité.

(La suite.)

Catégorie: Action directe

Le PQ propose une hausse des droits de scolarité indexée au coût de la vie

La chef du Parti québécois (PQ), Pauline Marois, abolirait la hausse des droits de scolarité décidée par le gouvernement Charest si son parti était porté au pouvoir.

Mme Marois a clarifié sa position dans le conflit qui oppose les étudiants au gouvernement de Jean Charest, mercredi à Québec.

Mme Marois a indiqué qu’elle abolirait la hausse de 82 % sur 7 ans du gouvernement Charest et que cette mesure serait rétroactive si elle devenait première ministre après l’entrée en vigueur de la hausse des droits de scolarité. Les étudiants qui auraient ainsi dû débourser plus d’argent pour leurs cours universitaires verraient leur facture diminuée d’autant au cours de la session suivant l’élection de Mme Marois. Lire la suite…

Catégorie: Presse

L’Ontario réduit les frais de scolarité de 30 %

Les étudiants ontariens peuvent dès maintenant demander une réduction de leurs frais de scolarité comme promis par le gouvernement libéral. La province accepte les demandes en ligne dès aujourd’hui.

Les étudiants admissibles à un grade universitaire ou collégial recevront 800 $, alors que les étudiants admissibles à un diplôme ou certificat collégial obtiendront 365 $ pour le semestre en cours. En septembre prochain, cette bourse s’appliquera à toute l’année scolaire. Lire la suite…

Catégorie: Médias

Droits de scolarité: Bachand tire un trait et s’en remet aux électeurs

Le gouvernement Charest tire un trait sur les pourparlers avec les étudiants et s’en remet aux électeurs pour trancher le débat sur les droits de scolarité.

À sa sortie d’une réunion du caucus libéral ce matin à Québec, le ministre Bachand a jugé inutile de tendre à nouveau la main aux associations étudiantes à qui il reproche de rester campées sur leur position contre la hausse des droits de scolarité. Lire la suite…

Catégorie: Médias, Presse

Droits de scolarité : les électeurs trancheront, lance le ministre Bachand

Le ministre des Finances du Québec croit qu’il est maintenant illusoire de penser que le débat sur les droits de scolarité se réglera autour d’une table des négociations. Selon lui, le dossier ne peut désormais être tranché que lors d’une élection.

« Vous savez que c’est une illusion, la table de discussion, quand vous avez quelqu’un qui n’a qu’un mandat, c’est-à-dire le gel des frais de scolarité », a déclaré Raymond Bachand, mercredi, à sa sortie d’une réunion du caucus libéral à Québec. Lire la suite…

Catégorie: Presse